AVERTISSEMENT : "Le fait d'aborder des avions de chasse de la Luftwaffe pendant la seconde guerre mondiale ne signifie en rien que je cautionne ou fasse l'apologie du régime allemand de cette période, bien au contraire." aek

3 novembre 2017

BULLETIN DU BLOG N°17 [Actualité 11/2017 : Maquette et Couleurs]

En ce mois de novembre, la marque tchèque EDUARD propose une réédition de son excellente maquette du Focke-Wulf Fw 190 D-9 à l'échelle 1/48ème, édition ProfiPACK (voir PHOTO 1) qui, à ce jour, est selon moi la meilleure représentation à cette échelle (une revue complète sera proposée sur ce blog).
PHOTO 1 - Pages 10 et 11 d'INFO EDUARD n°90 novembre 2017
© 2017 Eduard
Dans l'éditorial de son dernier INFO EDUARD de novembre, le Directeur Général de la marque Vladimir Sulc précise en pages 4 et 5 qu'il s'agit bien d'une simple réédition et que le seul changement concerne la teinte RLM 83 qui n'apparaît plus dans les 6 décorations proposées.
Un extrait de ses propos : "RLM 83 leads us to the first of November’s ProfiPACK kits, the good old 1/48th scale Fw 190D-9. This incarnation of the kit carries no significant changes from the original, and is really just the return of an old favourite into the catalogue. The only difference form the previous releases is the change from RLM 83 in the camouflage schemes, because we would assume that blue would not have been used. But even so, who knows ? We will see what opinions arise regarding the last weeks of the Third Reich."
Cela semble donc présumer qu'EDUARD rejoint ceux pour lesquels (dont votre hôte) la teinte RLM 83 n'est pas verte foncée mais bien bleu foncé (utilisée sur des avions maritimes et terrestres opérant sur le théâtre méditerranéen). Ce constat a été confirmé factuellement dans le cadre de recherches menées par Michael Ullmann et conforte la position de Jean-Claude Mermet à cet égard (pour plus de précisions, je vous invite à lire un article de janvier 2014 sur ce blog qui déjà traitait du sujet, à voir ici). 
Cette problématique de couleur, qui a fait l'objet de nombreuses thèses et contre thèses polémiques, semble revenir d'actualité avec un prochain article de Paul Lucas (décembre 2017) dans l'excellent magazine mensuel en langue anglaise Scale Aircraft Modelling qui sera consacré à la teinte RLM 83. Déjà dans le dernier numéro du mois Volume 39. Issue 09 (voir PHOTO 2) sur 4 pages (52 à 55), il aborde dans la rubrique "Colour Conundrum" les teintes RLM 81 et RLM 82.
PHOTO 2 - 1ère de couverture et page 52 du magazine Scale Aircraft Modelling Vol.39 . N°09 11/2017
© 2017 Guideline Publications
Remarque
Il convient de constater en voyant, en bas à droite de la page 52 dans un cadre, une référence de la marque de peinture Vallejo "Dark Green RLM 83", que les fabricants de peinture ont encore du mal à proposer une référence RLM 83 Dark Blue. A ma connaissance, seule la marque espagnole AK-Interactive a franchi le pas avec sa référence AIR SERIES AK-2028 (voir ici).

2 commentaires:

  1. Jean-Claude Mermet8 novembre 2017 à 23:02

    Bonjour,
    Enfin, Eduard rectifie une erreur, sciemment voulue par des chercheurs irresponsables. La première publication des teintes RLM 81 et 82, date de 1961 dans le livre de Kens et Nowarra “die deutschen Flugzeuge, 1933-1945”, qui contient le plan de camouflage du Do 335. Ces teintes apparaissent en 1972 dans un livret, chez Kookaburra, intitulé “Messerschmitt Me 262”, par Kenneth Merrick, un Australien, avec qui, plus tard, je correspondrai assidûment. Puis, apparait le livre “Official Guide of German Camouflage Colors” chez Monogram Pub. dans lequel, une teinte vert clair est baptisée RLM 83. À ce stade, les couleurs 81, 82, 83 allaient de la plus sombre à la plus claire, comme le classement au RLM. Et voici que survient la restauration, USA, du Do 335 A-1 Wnr 240102. Et là, la teinte sombre attendue RLM 82 Dunkelgrün, ainsi nommée sur le plan du “Pfeil”, est trop claire pour les experts. Par un tour de magie que ne renieraient pas certains politiques, la RLM 82 (sombre) devient 83 (claire) et vice-versa... sous-entendant finalement, que chez Dornier, ils ne savaient pas ce qu’ils notaient sur leurs plans ! Entre-temps, j’avais moi-même commencé mes recherches et me rendais compte que quelque chose n’allait pas, car aucun plan de camouflage, chez Messerchmitt (Me 262), Focke Wulf (Ta 152), Heinkel (He 162), Junkers (Ju 188 et 388) et Fieseler (Fi 156), n’indiquait de teinte RLM 83.
    Vint le moment de la retraite, en 1991, et du loisir de pouvoir écrire et d’entreprendre des recherches encore plus approndies et de recupérer le “Rapport de la Commission britannique de visite des usines allemandes de peinture, Novembre 1945”. Et là, notification était portée qu’un échantillon de la teinte 83 était parti pour l’Angleterre... mais pas de RLM 83 parmi les formules chimiques. Le coup était raté pour savoir à quoi ressemblait vraiment cette couleur. Enfin, sort le livre de Michael Ullmann sur les camouflages allemands (2002), suivi par l’ouvrage de Ken Merrick “Luftwaffe colors and markings” (2004) en deux volumes contenant plusieurs chartes de couleurs “reconstituées” par un fabricant de peinture en Allemagne, “selon les formules d’époque”. Entre 2002 et 2004, j’avais intensément correspondu avec Ken et lui avais fait part de l’hypothèse suivante : Et si les teintes 81, 82 et 83 n’étaient tout simplement que la re-dénomination des anciennes teintes 61, 62 et 63 ? Ce qui pouvait sembler logique puisque les numéros RLM allaient du plus sombre au plus clair. Ce n’était qu’une hypothèse parmi d’autres. Si Ken m’a suivi pour les teintes 61 et 62, il est allé chercher, pour avoir à tout prix une teinte 83 vert foncé, la teinte 64 très peu utilisée par la Luftwaffe. Mon hypothèse était la suivante : les teintes 81, 82 et 83 sont les anciennes teintes 61, 62 et 63, car on passait de peintures à pigments naturels, “tous supports” et multi-couches à des peintures à pigments chimiques, “support métal” et mono-couches. Pour gagner du temps, le RLM demandait des peintures monocouches et face à la pénurie de pigments naturels à cause du blocus de l’Océan Atlantique (les pigments venaient d’Amérique du Sud), a demandé à toutes les usines de produits chimiques de trouver de nouveaux pigments. La nouvelle nomenclature m’a ainsi fait supposer que la teinte 83 était un gris. Malgré l’affirmation péremptoire du fabricant de peinture, je ne croyais toujours pas à cette couleur 83 vert foncé. C’est ce que j’écrivis dans le H-S d’Aéro-Journal N°6 en 2010. Cette dernière teinte étant, selon moi, un gris clair. Ma conciction était renforcée par la découverte d’une couleur gris clair inconnue sur le He 162 du Musée de l’air. La mise au jour de Michael Ullmann de la vraie teinte RLM 83 Dunkelblau a confirmé, sans appel, que je me suis trompé, mais j’avais des arguments bien mieux fondés que les chercheurs précédents. Je dois préciser que j’avais contacté le fabricant de peintures pour lui demander où il avait trouvé la formule chimique de la RLM 83. Il ne m’a jamais répondu...

    RépondreSupprimer
    Réponses
    1. Merci beaucoup Jean-Claude pour ce commentaire, une fois de plus, sans langue de bois, détaillé et argumenté. Il permet d’avoir un éclairage supplémentaire sur les teintes RLM 81, RLM 82 et RLM 83 !

      Supprimer

****** ATTENTION ******

* TOUS LES COMMENTAIRES ETANT MODERES PAR L'AUTEUR DU BLOG, ILS N'APPARAISSENT PAS IMMEDIATEMENT.

* TOUS LES COMMENTAIRES SONT LES BIENVENUS, MAIS LES COMMENTAIRES ANONYMES NE SERONT PAS PUBLIES.